QUAND HONNEUR ET HONNEURS NE SONT PAS CONTRADICTOIRES

« Le Président de la République a élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur Hélie de Saint Marc.

 

Honneurs et honneur ne sont donc pas forcément opposés.

 

Car, si la vie d’Hélie de Saint Marc a un fil conducteur, c’est bien celui de la valeur de l’honneur, vertu cardinale de son humanité et source d’une forme de grâce : la grâce d’un homme qui, dans le doute et face aux circonstances parfois contradictoires de l’histoire, a toujours tranché pour ce qu’il pensait être le choix de la dignité ; la grâce de la foi aussi, en Dieu comme en l’homme et en l’avenir.

 

Oui, le Président de la République a bien été inspiré d’honorer l’ancien officier parachutiste dont le parcours, les écrits et la personnalité, sont porteurs de réconciliation nationale.

 

Dans un pays si divisé, en doute, notamment dans son rapport avec son histoire et son identité, la figure emblématique d’Hélie de Saint Marc peut servir de facteur de concorde, de catalyseur de sagesse collective et, toutes proportions gardées, incarner le nécessaire rassemblement de la nation française. Parce que lui-même a réussi au gré des années à concilier par le haut des tensions et ressorts humains opposés.

 

Son exemple, c’est bien-sûr celui du héros combattant, au courage physique et moral jamais en défaut dans sa vie de résistant, de soldat et de déporté. Mais pas "seulement". Il est en même temps simple et complexe, héroïque et nuancé, lucide et positif.

 

Engagé dans la Résistance à l’âge de vingt ans, dès 1941, il fut l’un des trente survivants parmi les mille prisonniers de son convoi envoyé vers le camp de concentration de Langenstein, satellite de Buchenwald, où il est resté déporté durant deux longues années. Avant de vivre l’aventure militaire en Indochine et en Algérie.

 

Toujours, Hélie de Saint Marc a agi avec courage, simplicité et clarté dans ses choix.

 

Le deuxième ingrédient de la réconciliation que porte en lui Hélie de Saint Marc, c’est celui du sens de la nuance qui contraste avec la vision souvent manichéenne de la figure du soldat. A la fois héros et proscrit, dans la complexité de la guerre d’Algérie, il incarne toutes les contradictions françaises.

 

Il fit en effet le – mauvais – choix du soutien au putsch avorté d’avril 1961. Cela lui valut d’être arrêté en tant que conjuré et d’être condamné, lui l’homme qui se voulait au service de la patrie. Cette fois-ci, la légitimité historique n’était pas du côté de la rébellion, contrairement à 1941. Mais l’honneur, celui de sa conscience, était sauf à ses yeux.

 

L’enseignement du parcours d’Hélie de Saint Marc permet donc de saisir les subtilités du rapport qu’entretient l’homme avec les circonstances de l’histoire, lesquelles, au moment où il les vit, sont des faits d’actualité, "chauds", appréhendés sans possibilité de recul.

 

Honorer aujourd’hui l’ancien résistant et combattant mais aussi conjuré, c’est inviter chaque Français à s’interroger sur l’histoire récente de son pays, pour la comprendre et l’intérioriser avec apaisement dans toutes ses dimensions.

 

La force précisément apaisante, réconciliatrice, en quelque sorte transcendante, d’Hélie de Saint Marc, m’est apparue évidente à la lecture de ses ouvrages, notamment l’année dernière de son livre autobiographique, L’Aventure et l’Espérance. J’avais d’ailleurs tenu à le citer lors de mon discours de vœux en janvier 2011, en plaçant mon propos sous les auspices de cette citation si forte: "Je suis sans illusions, mais pas sans espérance".

 

Telle est la troisième vertu, constructive, de l’élévation à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur d’Hélie de Saint Marc par le Président de la République : celle de l’hommage à une personnalité pleine d’une espérance lucide, de curiosité et d’énergie, qui, à quatre-vingt-dix ans, a gardé sa capacité d’émerveillement, sa volonté de comprendre le monde d’aujourd’hui, et démontre la capacité – nécessaire ! – de partager une vitalité positive.

 

Ce que représente Hélie de Saint Marc, c’est le contraire du confort de la posture de l’indignation, c’est aussi le contraire du mythe d’un supposé âge d’or de la France. Hélie de Saint Marc, c’est le meilleur de la France. Une France qui peut et qui doit rester vivante parce qu’elle inscrit sa marche dans le monde et l’époque tels qu’ils sont, avec esprit de conquête et humanité. » David Lisnard, le 6 décembre 2011

Au sujet de cet article

6 décembre 2011 - 6 h 55 min

Debats


3 Commentaires

  • piergal 6 décembre 2011 - 9 h 36 min

    En cette periode agitée et dangereuse qui nous est imposée nous avons evidemment besoin de la presence et de l'action d'hommes de la trempe de helier de st marc.Je partage donc toutes tes considerations sur sa conduite exemplaire  et son parcours.J'ai lu tous ses bouquins et tu sais que j'ai été de mon coté amené a faire mon devoir en Algerie .D es liens qui rapprochent..
    Je profite de cette occasion pour rappeler que j'avais proposé a Bernard de donner le nom de Bigeard a une voie cannoise.Il y avait la pour moi de nombreuses retombées et un evenementiel a creuser pour la ville.Si cela t'interesse je dois pouvoir retrouver le papier que jelui ai adressé a l'epoque.
     
    Bravo pour ton action opiniatre et amitié     Pierre

  • angélique Sunsero 6 décembre 2011 - 23 h 31 min

    Je souscris pleinement à l'analyse de David Lisnard. J'y souscris sur le fond et sur la forme, l'un servant l'autre et inversement, comme en tout.
    La haute distinction décernée à Hélie de Saint Marc renoue avec ce que l'on peut appeler "les gestes augustes de la République". Ils montrent qu'il n'est pas interdit de choisir ses héros et qu'il n'y a rien d'offensant à préférer les figures aux visages de passage.
    Hélie de Saint Marc est une figure. Son parcours, même accidenté, témoigne avant tout de l'unité d'un homme et de sa haute harmonie. Au regard de cette histoire, qui de totues les façons s'est faite sans nous, le geste du Président de la République n'en est que plus fort et marqué de courage…d'une nature plus politique.  
    En ce sens, l'honneur fait à la qualité de "l'impétrant" , honore aussi son auteur.
    Cette solennité, le haut degré de distinction et le choix d'Hélie de Saint Marc, renouent avec la valeur emblématique d'un Ordre dont la liste des promotions, deux fois par an, peut prêter à sourire et à faire grincer des dents, même les plus avant gardistes, prêts à bousculer et dépoussiérer les concepts les plus convenus. S'y cotoient indistinctement (si on peut employer ce terme) des vedettes de la télé réalité, des sportifs d'une saison, voire des amis, sans oublier, bien sûr et heureusement, des hommes et des femmes dont les talents méritent notre reconnaissance.
    Mais tout cela ne nous mène pas à cette hauteur qui a vertu d'exemple parce qu'on ne peut oser la comparaison, sans s'interdire l'admiration. Cette valeur imaginaire, et imaginairement franchissable qui nous sépare de l'imposante et indiscutable figure du héros national, courageux dans ses bottes et droit dans sa conscience, offre à notre libre arbitre le choix du dépassement de soi toujours possible.
    C'est en cela que la Légion d'Honneur fait son office …et son oeuvre d'utilité publique. 
    Car après tout; l'exemple, c'est bien ce qui structure les consciences individuelles, propres à verser dans le creuset de notre conscience collective. a défaut d'être important, c'est aumoins beau.  
     

  • Turmeau Paul 17 décembre 2011 - 9 h 29 min

    Toujours en totale harmonie avec vos idées et votre façon de les développer et d'en discourir, mais, pourquoi attendre si longtemps pour reconnaître la valeur de tels hommes? H. de Saint Marc a plus de 90 ans…..,  Baros Harronian, notre dernier décoré de la Légion d'Honneur à Cannes par notre Maire, était, lui, dans sa 99 ème année et il est décédé 2 mois après la reconnaissance de …….. Ce qui rend cette distribution de récompenses honorifiques injuste, c'est la multiplicité d'attributions instantanées suivant la mode d'un moment ou le ………piston, à des humains ne représentants rien ou peu de choses mais souvent loin d'être, au minimun, Patriote.  Bonne journée